Accueil Actualités Nouvelles têtes à l’interprofession beaujolaise

publié le 18 juillet 2016

Nouvelles têtes à l’interprofession beaujolaise

 


Dominique
Piron, 66 ans, né à Morgon, au pied de la fameuse colline du
Py, est bien connu des lecteurs de Beaujolais Aujourd’hui pour avoir été mis en avant à plusieurs reprises pour la qualité des ses vins ; il vient d’être élu président d’Inter Beaujolais. Celui qui s’apprête à
faire cette année sa 45ème vinification a, de ses propres mots, “du gamay qui coule dans les veines”. En 1988, il fut le premier en
Beaujolais à acheter du raisin. Aujourd’hui, il exploite plus de
80 hectares de vignes sur 16 communes du Beaujolais, principalement Morgon et
Chénas. Il a développé une activité de négoce depuis de nombreuses années et
c’est à ce titre qu’il siège à l’interprofession.
“S’il y a un pari à prendre sur une
région viticole, c’est sur le beaujolais qu’il faut le faire”, constate-t-il. Et d’ajouter: ” Une nouvelle histoire
est en train de s’écrire. Le Beaujolais a vécu une
mutation sociologique, les équipes des différentes appellations et ODG ont été
réformées. Inter Beaujolais doit redevenir le parlement. Parmi
les nombreux chantiers primordiaux pour Dominique Piron : moderniser le vignoble
en intégrant la diminution des intrants, retrouver des parts de marchés et faire que chacun redevienne fier de notre région. Pour lui, aucun doute : “la
solution du Beaujolais est en Beaujolais”. David Ratignier, 46 ans, viticulteur à Saint-Etienne-la-Varenne
est nommé vice-président d’Inter
Beaujolais. Fils
de vigneron, ce dernier s’est installé en 2008 au Château du Bluizad sur
plus de 30 hectares de Beaujolais-Villages, Brouilly et Côte de Brouilly.
Titulaire d’un brevet de technicien agricole vigne et vin mais aussi d’un
BTS de commerce des vins, il a toujours alterné les deux aspects du métier
avec, à son actif notamment, un parcours de commercial pour une
entreprise locale de produits phytosanitaires. Attaché à un patrimoine qu’il
dit “exceptionnel”, ce vigneron énergique et déterminé prône une
“modernisation environnementale” dans les vignes. du Beaujolais.
L’Interprofession des Vins du
Beaujolais réunit depuis 1959 les 12 appellations du Beaujolais. Ces
appellations couvrent une superficie de 16 000 hectares répartis sur 2
départements (Rhône et Saône et Loire), produisent environ 100 millions de
bouteilles et comptent près de 2 000 vignerons, 12 caves coopératives
et 151 opérateurs ayant une activité de négoce. (source inter-Beaujolais)

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines