Accueil Actualités Nuits-Saint-Georges / Vosne-Romanée : et si on faisait une petite folie ?

publié le 27 septembre 2017

Nuits-Saint-Georges / Vosne-Romanée : et si on faisait une petite folie ?

 

C’est la mine réjouie que les
dégustateurs du magazine ont achevé notre « marathon » des nuits et
vosne 2014 et 2015. Si les résultats méritent d’être analysés dans le détail, l’impression
d’ensemble était d’avoir gouté une majorité de bons vins, de grands vins pour
certains, avec des 2015 qui ont particulièrement marqué les esprits. Déjà lors
de notre dégustation du millésime en primeurs (voir Bourgogne Aujourd’hui numéro 130), celui-ci avait laissé entrevoir de grandes choses, « des
immenses vins rouges, concentrés à souhait, suaves, raffinés, élégants,
équilibrés et taillés pour vieillir ». Un sentiment confirmé lors de notre
dégustation en bouteilles, où l’effet millésime semble avoir nivelé les vins
vers le haut. Les pourcentages d’échantillons sélectionnés parlent
d’eux-mêmes : 100 % pour les grands crus (seuls 4 vins étaient présentés),
73% pour les vosne et 74% pour les nuits. Soit plus de 10 points au-dessus des
résultats obtenus lors de la dégustation des vins en cours d’élevage.

Les dégustateurs ont été emballés par des vins
gourmands, élégants, équilibrés, avec une grande complexité aromatique, aux
notes de fruits noirs et d’épices. Les vignerons rencontrés pour ce numéro
partagent le même avis. « C’est le grand millésime de ces dernières
années », se réjouit Charles Lachaux, installé à Vosne-Romanée. « On
a des vins monstrueux, de garde, et accessibles dès leur jeunesse. Toute
l’année, on a bénéficié de conditions idéales ». Même son de cloche du
côté de François Ambroise, vigneron à Premeaux-Prissey : « C’est
vraiment un millésime énorme ! Dès le décuvage, on percevait le potentiel
des 2015 avec des notes de rose et de fruits rouges (…) »

La suite du dossier sur Vosne-Romanée et Nuits-Saint-Georges est dans le numéro 137 de Bourgogne Aujourd’hui qui vient de sortir. Vous pouvez vous abonner ou l’acheter au numéro.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines