Accueil Actualités Printemps « pourri », millésime en danger ?

publié le 17 mai 2013

Printemps « pourri », millésime en danger ?

 

Après un millésime 2012 particulièrement « chahuté »
par la météo que va nous réserver 2013 ? C’est la question que tout le
monde se pose en Bourgogne après plusieurs mois marqués par de copieuses
intempéries et un ensoleillement d’une faiblesse déprimante, le tout avec un
thermomètre qui refuse obstinément de grimper. A la mi-mai, les chauffages
continuaient allégrement de fonctionner dans les chaumières bourguignonnes. L’eau
s’est tellement accumulée que les petits cours d’eau ont même débordé les 3 et
4 mai, inondant des caves, des vignes et empêchant les vignerons de rentrer
dans leurs parcelles aux sols gorgés d’eau ; les traitements à l’hélicoptère
ont même été exceptionnellement autorisés devant l’urgence de la situation dans
certains secteurs.

Conséquences de ce printemps “pourri”, la vigne a pris du
retard. A la mi-mai, l’état d’avancement du vignoble ne laissait guère
entrevoir de floraison avant la mi-juin au mieux. « Il est probable que
nous ne vendangerons pas avant le 20 septembre, peut-être en octobre si l’été
est médiocre », nous confiaient même plusieurs vignerons rencontrés ces
derniers jours. Beaucoup trop d’étapes importantes sont encore à franchir -floraison,
véraison…- pour s’aventurer dès aujourd’hui sur la date des prochaines vendanges, mais la première quinzaine de septembre
semble peu probable. Notons au passage qu’une vendange « tardive » n’est
pas forcément signe de mauvaise qualité, l’arrière-saison bourguignonne étant
bien souvent plus sèche, plus « calme » (sans orage) et plus ensoleillée
que l’été.

La principale inquiétude des vignerons résiderait plutôt sur
le moment où la chaleur va finir par revenir. Il a tellement plu depuis deux
mois que la prochaine montée des températures va se traduire par une moiteur
propice au développement des champignons :
mildiou et oïdium, avec de possibles conséquences sur le potentiel de la prochaine
récolte. La période à venir sera donc à nouveau celle de tous les dangers pour le
vignoble bourguignon.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Corton et Corton Charlemagne défient le temps !

Comme chaque vendredi précédent la vente des vins des Hospices de Beaune, la maison Bouchard Père et Fils a une fois de plus mis les petits plats dans les grands ; au "menu" : un formidable déjeuner-dégustation autour de vieux Corton et Corton-Charlemagne grands crus... jusqu'en 1934 !

28 novembre 2022

Gevrey-Chambertin, des hauts et des bas en 2021 !

"Roi Chambertin" nous a récemment offert l'opportunité de déguster une centaine de vins de Gevrey-Chambertin du millésime 2021, avec des hauts et des bas...

24 novembre 2022

Flavie Flament et Benoit Magimel ont fait flamber les enchères de la pièce de charité.

Nouvelle pluie de records aux Hospices de Beaune !

Produits global, prix moyen de la pièce, pièce de charité... Une nouvelle pluie de records s'est abattue hier sur la vente des vins des Hospices de Beaune.

21 novembre 2022

Nos derniers magazines