Accueil Actualités Roumier dit “stop” à la contrefaçon !

publié le 04 avril 2014

Roumier dit “stop” à la contrefaçon !

 

Le grand Père de Christophe Roumier avait acheté la parcelle de bonnes-mares du domaine en 1952 et la même année une étiquette avait été créée reprenant la formule “ancien domaine Bélorgey”. S’il avait été un peu plus curieux, Rudy Kurniawan, dont la condamnation récente (voire articles joints) à New-York dans une affaire de contrefaçon de grands vins de Bourgogne qui a fait beaucoup de bruit, n’aurait pas proposé dans une vente aux enchères un bonnes-mares Roumier… 1923. Évidemment le cru, le domaine et le millésime sont réputés et Rudy Kurniawan en a tiré un bon prix, mais cette fausse bouteille et quelques autres lui valent d’être aujourd’hui derrière les barreaux.Pour Christophe Roumier, cette affaire a clairement constitué la goutte qui fait déborder le vase et il a donc décidé qu’à compter du millésime 2012, tous les vins du domaine (le musigny grand cru est déjà “protégé”) allaient être muni d’un “proof tag”. Il s’agit d’une sorte de petite collerette, un scellé en fait, qui se colle à cheval sur la capsule et le verre de la bouteille et qui est détruit quand on enlève la capsule. Ce scellé mis en place au domaine est porteur d’informations : un code à bulle réparti de façon aléatoire et un code numéroté consultable sur le site prooftag.com. En allant sur le site ou en scannant le QRcode qui figure sur le proof tag, le client peut ainsi vérifier que le code du prooftag correspond bien à l’appellation et au millésime revendiqués sur l’étiquette. Entre le matériel informatique et les divers équipements nécessaires, le domaine a investi 14 000 euros pour protéger ses vins. “Nous n’avions plus le choix. L’affaire Kurniawan a été un électrochoc. l’objectif est de rassurer nos clients et de compliquer la vie des contrefacteurs”, explique Christophe Roumier qui vient ainsi renforcer le bataillons des domaines bourguignons (Lafon, Ponsot, Romanée-Conti…) qui ont désormais recours aux techniques les plus modernes pour assurer à leurs clients une vraie traçabilité de leurs vins. Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines