Accueil Actualités Santenay veut faire connaître sa biodiversité

publié le 26 novembre 2013

Santenay veut faire connaître sa biodiversité

 

Pour qui connait un peu la Côte-d’Or viticole, Santenay compte près de 350 hectares de vignes et marque la « fin » de la Côte de Beaune, à son extrémité sud.
« Pour nous c’est le début », précise Hervé Muzard, le président du
syndicat viticole, dans un éclat de rire. Fin, début, peu importe, une chose
est sûre, c’est que Santenay est une appellation différente sur bien des
points. Dominé par les 522 mètres de l’imposante colline des 3 Croix, le
vignoble a un aspect tourmenté, chahuté, avec des dénivelés importants et la
persistance au milieu des vignes d’arbres fruitiers, de murets, de murgers, de
cabottes… qui lui donnent un aspect presque « sauvage ». Les
vignerons se sont donnés comme objectif de faire connaître leur appellation et
ses vins en mettant en avant cette biodiversité à travers l’opération
« paysages vignerons », lancée le 28 novembre dernier en présence notamment d’Aubert de Villaine, président de l’association pour l’inscription des climats de Bourgogne à l’UNESCO. « A
Santenay, beaucoup de gens sont certifiés bio ou travaillent dans le même
esprit et le projet a été adopté facilement en assemblée générale »,
ajoute Hervé Muzard, avec une pointe de satisfaction dans la voix.

En quoi va donc concrètement consister cette
opération ? En matière de communication, une application téléphonique à
finalité oenotouristique est en préparation. Sur le terrain, on va rentrer dans
le vif du sujet dès cet hiver. 165 arbres vont être plantés : amandier,
cerisier, pêcher de vigne, poirier sauvage, mais aussi des arbres servant à la
nidification et à l’alimentation des oiseaux. 450 mètres de haies vives vont
être réalisés. 30 arbres « remarquables », vieux de plus 150 ans
seront rénovés par la taille : sorbier oiseleur, amandier, noyer,
cerisier… Les deux entrées bordées de vignes du village, côté
Chassagne-Montachet et Dezize-les-Maranges seront mises en valeur notamment par
d’autres plantations d’arbres. Enfin, plusieurs circuits de balade vont être
tracés dans les vignes et les chaumes. Le travail sera fait par un
arboriculteur du village (Le Verger des Familles), avec l’aide des vignerons.
Des conventions ont été signées avec les propriétaires des terrains (la commune
de Santenay pour l’essentiel et des vignerons) pour que les plantations soient
ensuite respectées et entretenues. Coût global des travaux : 40 000
euros, financés à 80% par la région Bourgogne, 10% par le Pays Beaunois et 10%
par le syndicat viticole.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines