Accueil Actualités Tendance à une sensible hausse

publié le 16 novembre 2013

Tendance à une sensible hausse

 

C’est une augmentation d’au minimum une quarantaine de pourcents. La tendance est nette. La première cuvée, le beaune premier cru “Dames Hospitalières” a été adjugée à 6875 € contre 5770 € l’an dernier. Les cuvées suivantes affichent la même tendance. Le Clos de la Roche “Cyrot-Chaudron” a atteint 65 000 € contre 49 000 €. Cette augmentation n’est pas une franche surprise même si la qualité du millésime n’est pas aussi porteuse que l’an dernier. L’explication réside surtout dans les faibles volumes de vin proposés. Ce matin Louis-Fabrice Latour, président de l’Union des maisons de vins de Bourgogne, constatait que les cours des échanges en vrac entre le négoce et la viticulture affichaient également une hausse de 20 à 30% sur de simples appellations régionales. La demande pour les vins de Bourgogne est forte depuis plusieurs années à l’export (en France elle est stable). Le négoce cherche donc à se couvrir, comme l’on dit dans le jargon, pour pouvoir y répondre. A vu de ces premières enchères, les Hospices de Beaune ne sont pas déconnectées de ce contexte porteur, elles jouent même un rôle amplificateur…

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines