Accueil Actualités Tonnellerie : Un fût, un arbre

publié le 20 mai 2016

Tonnellerie : Un fût, un arbre

 


Avec
l’opération « 1 fût, 1 arbre », associée aux pépinières
bourguignonnes Naudet, la tonnellerie Cadus,
installée à Ladoix-Serrigny (Côte-d’Or), s’engage à replanter, dans plusieurs régions
françaises, des chênes sessiles et des chênes pédonculés à chaque fût produit.
Les premiers chênes
ont été plantés début 2015, près d’Épernay (Champagne-Ardenne). Grâce à cette
opération, le chiffre symbolique des 10 000 arbres plantés a été franchi dès la fin
décembre 2015. Il faut 2 siècles pour qu’un chêne puisse être utilisé en
tonnellerie. Matière première des fûts destinés à l’élevage des vins, le chêne
français est une ressource précieuse pour laquelle la Tonnellerie Cadus se
mobilise. Une convention de
longue durée a été signée afin de pérenniser l’impact écologique de cette
opération unique. De plus, l’organisme indépendant Ecocert-Environnement,
référence internationale pour la certification forestière, vérifie que les
arbres sont vivants et bien entretenus et que la croissance de la future forêt
est assurée.

La France est le pays
des chênes par excellence : avec 4,5 millions d’hectares, elle possède 30 à 40%
de la superficie couverte par les chênes sessiles et pédonculés en Europe. Elle
est le 1er pays producteur de chênes en Europe et le 2e dans le
monde, après les États-Unis.
Dès 2010, la Tonnellerie
Cadus a souhaité valoriser ses méthodes de travail en accord avec une gestion
durable de la forêt française. La certification PEFC, renouvelée en septembre
2015, garantit le contrôle du bois, de la plantation à sa transformation.
Par ailleurs, le recyclage
des déchets de la tonnellerie a été la suite logique de cette certification.
Avec l’aide du Conseil Régional de Bourgogne, du FEDER et de l’ADEME, un
investissement de 500 000 euros a été réalisé en 2011. Une chaudière à bois
permet aujourd’hui à la tonnellerie d’assurer son indépendance énergétique à
partir de ses copeaux, sciures et poussières de bois.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines