Accueil Actualités Une 155 ème vente des vins des Hospices de Beaune historique !

publié le 16 novembre 2015

Une 155 ème vente des vins des Hospices de Beaune historique !

 

La vente des vins des Hospices de Beaune s’est déroulée cette année dans une atmosphère particulière, seulement deux jours après les attentats de Paris. Les festivités habituelles avaient en effet laissé place à une ambiance bien lourde, tant dans les rues que sous les halles de la ville, où se tient la vente. Pour cette édition 2015, les acheteurs ont pourtant fait preuve d’une grande générosité, confirmant que l’évènement est bien la plus grande vente de charité de vins au monde. Le montant total des enchères s’élève à 11 347 609 € (incluant la pièce des présidents, les alcools et les frais), établissant un nouveau record. Mais l’indicateur le plus important reste le prix moyen de la pièce qui a véritablement explosé avec près de 40% de hausse pour les vins rouges par rapport à 2014 et 37,82% pour les blancs. Les cours de toutes les cuvées ont grimpé en flèche avec en point d’orgue le record absolu pour une pièce vendue à la
vente des Hospices de Beaune : un Clos de la Roche grand cru rouge (Côte de Nuits), cuvée
Cyrot-Chaudron, adjugé la coquette somme de 117 700 euros. Rappelons que 458 pièces de vins rouges et 117 de blancs étaient proposées à la vente, soit 10% environ de plus qu’en 2014. Quant à la pièce de Charité, un corton grand cru rouge Renardes (Côte de Beaune), vendue au profit de 3 associations dont la Fédération nationale des victimes d’attentats, elle a également établi un nouveau record à 480 000 euros.
Ludivine Griveau, qui assistait pour la première fois à l’évènement en tant que régisseuse du domaine avait le sourire : “Nous ne pouvions espérer de plus beaux résultats pour célébrer l’exceptionnel millésime en Bourgogne. Les conditions climatiques particulièrement favorables ont permis d’obtenir les plus belles expressions des deux cépages qui incarnent la Bourgogne, le pinot noir et le chardonnay”. Plusieurs facteurs semblent s’être conjugués pour aboutir à cette hausse : les cours des monnaies, l’effet Christie’s qui s’affirme année après année, la médiatisation sur le nouveau millésime et sur l’arrivée de Ludivine Griveau et peut-être un peu aussi un “effet attentat”, certains ayant voulu affirmé que “la vie continuait” malgré tout.
Cette année, 60% des pièces ont été acquises par les négociants-éleveurs et 40% par les amateurs (en valeur). Le négoce bourguignon est donc toujours bien présent au cours de ces enchères, mais les riches collectionneurs mobilisés par Christie’s contribuent un peu plus chaque année à la flambée des prix. “Cette vente donne une indication de la vigueur du marché. Toutefois, une hausse de 40% à la vente des vins aux Hospices de Beaune ne se retrouve jamais dans les linéaires”, a tenu à préciser Frédéric Drouhin, président de l’Union des maisons de vins de Bourgogne. L’engouement pour ce millésime 2015 est néanmoins déjà bien une réalité et tous les observateurs présents hier sous les halles de Beaune craignaient que les prix des vins de Bourgogne, qui ont déjà flambé ces dernières années, connaissent un nouvel accès de fièvre.

La vente 2015 en chiffresPièce des président (corton grand cru Renardes) : 480 000 euros (nouveau record)
Les vins blancs : +37,82% par rapport à 2014

Les vins rouges : +39,05% par rapport à 2014

Prix moyen d’une pièce de 228 litres (300 bouteilles) :

18 880 euros (13 750 euros en 2014), +37,3%.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines