Accueil Actualités Une belle récolte au domaine des Hospices de Beaune

publié le 10 septembre 2015

Une belle récolte au domaine des Hospices de Beaune

 

Le premier pressoir de la matinée a une saveur particulière pour Ludivine Griveau… Ce sont les raisins du Chablis premier cru Côte de Léchet, récoltés la veille, qui vont être pressés. Rappelons que Jean-Marc Brocard, vigneron bien connu du Chablisien, a fait don de 20 ares dans ce climat à la prestigieuse institution en début d’année. “Il y a quelque chose d’émouvant là-dedans. J’étais à Chablis hier pour cette première récolte. Nous avons été très bien accueillis par la famille Brocard et j’ai le sentiment que tout le vignoble se réjouit de l’arrivée d’un chablis aux Hospices. On a récolté de beaux raisins, assez petits. Cela s’explique notamment par la sécheresse de l’été et le fait que de nombreux pieds aient été repiqués. Ca m’a fait plaisir de reprendre le sécateur ! A la dégustation des baies, on trouve plus d’acidité que dans les raisins de Côte de Beaune”. Après le Chablis, le saint-romain blanc cloturera la valse des pressoirs, l’occasion pour Ludivine de tirer un premier bilan. “Sur la colline des Cortons ou Savigny, on aura une récolte inférieure à l’an passé, à l’inverse de Beaune, Volnay ou Pommard où l’on fait mieux qu’en 2014. Les couleurs sortent bien en rouge, avec des structures de tanins déjà agréables. Du côté de la Côte de Nuits, on a rentré des raisins appétissants, bien millerandés, avec un état sanitaire impeccable. Avec les première analyses de jus, on était au minimum à 13° partout. En blanc, les fermentations en fûts ont débuté. Il va falloir veiller à bien tenir les acidités”. Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite des vinifications au domaine des Hospices de Beaune.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines