Accueil Actualités Une nouvelle cuvée de corton blanc aux Hospices de Beaune !

publié le 03 novembre 2016

Une nouvelle cuvée de corton blanc aux Hospices de Beaune !

 

Les dégustations professionnelles des cuvées des Hospices de Beaune se font à partir d’échantillons tirés le jour même sur fûts ; les bouteilles sont ensuite alignées soigneusement dans une annexe de la cuverie et étiquetées “maison”. Outre le niveau qualitatif du millésime 2016 dont 595 pièces de 228 litres (575 en 2015) seront vendues aux enchères le 20 novembre prochain sous les halles de Beaune, sujet sur lequel nous aurons l’occasion de revenir, la série des vins blancs nous a réservée la surprise de déguster une nouvelle cuvée : un corton grand cru blanc Docteur Peste. Les habitués des Hospices connaissaient déjà la cuvée de corton rouge du même Docteur Peste, qui à partir de ce millésime 2016 se déclinera donc en blanc.
Pour le moment, cette nouvelle cuvée est issue d’une seule parcelle de 40,15 ares en corton Les Fiètres (dont la production allait auparavant dans le corton rouge Docteur Peste) hier plantée en pinot noir, arrachée en 2011 et replantée en 2013. A l’avenir une autre parcelle de 11,5 ares dans le corton En Chaume, arrachée en 2013 et pas encore replantée rentrera dans la composition de cette cuvée de corton blanc Docteur Peste dont le “lancement” n’a été décidé que ces derniers jours. “Nous avons dégusté, redégusté le vin. La vigne est très jeune et nous voulions être surs que la cuvée allait être à la hauteur”, explique Ludivine Griveau, la régisseuse des Hospices de Beaune depuis l’an dernier.

Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines