Accueil Actualités Vendanges 2014, le Beaujolais croise les doigts

publié le 22 août 2014

Vendanges 2014, le Beaujolais croise les doigts

 

Le réseau « maturation Beaujolais »
fête ses 23 ans en 2014. Il est animé par Florence Hertaut, conseillère en viticulture
et oenologie à la chambre d’agriculture du Rhône et compte à ce jour 200
parcelles en gamay, ainsi qu’une quarantaine en chardonnay (réseau mis en place
en 2004), représentatives du Beaujolais avec des situations précoces, tardives
et moyennes. Depuis le 7 août dernier, quand le stade 25% de véraison (quand les grappes commencent de
passer du vert au foncé), a été atteint sur un nombre important de parcelles, des prélèvements sont faits les lundis et jeudis par
des vignerons bénévoles. Ces derniers emmènent ensuite le fruit de leur cueillette dans l’un
des 34 centres d’analyse répartis dans le vignoble. Les raisins sont
inspectés visuellement pour vérifier notamment l’état sanitaire, pressés, analysés
et les résultats enregistrés sur le site beaujolais.com. Florence Hertaut prend
alors le relai. Elle fait une synthèse et rédige un bulletin disponible en
ligne pour tous les professionnels : vignerons, coopératives et négociants. Un
réseau complémentaire de 14 parcelles suivies par la Sicarex complète l’information. Le ban des vendanges 2014 pour les appellations beaujolais et beaujolais-villages (les crus laissent leurs adhérents libre de leur choix) sera connu en fin de semaine prochaine, mais les premières estimations donnent les dates du 28 août en crémant de bourgogne et du 8-10 septembre en vins tranquilles rouges dans les secteurs précoces. La récolte devrait être moyenne en volume, entre 45 et 50 hl à l’hectare. En dehors de dégâts importants sur Beaujeu, la grêle a relativement épargné le vignoble en 2014. A ce jour, le mois de juillet très pluvieux n’a pas fait trop de mal et l’état sanitaire est bon grâce au dernières semaines fraiches pour la saison, mais sèches. L’indice d’intensité colorante, une première indication de la qualité, mesuré par la Sicarex est excellent, puisqu’il positionne 2014 au même niveau que trois grands millésimes : 2005, 2009 et 2011. Selon la formule consacrée, tous les voyants sont donc manifestement au vert et le retour annoncé pour début septembre d’un temps secs et ensoleillé est porteur de tous les espoirs. Et si pour une fois, un millésime en 4 était de qualité ?

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines