Accueil Actualités Vendanges en août ? Finalement, c’est oui !

publié le 21 août 2015

Vendanges en août ? Finalement, c’est oui !

 

“On pouvait encore avoir des doutes il y a deux semaines, mais maintenant on y est ! Les vendanges vont commencer en août, dès demain, le 22 dans les secteurs les plus précoces et le millésime s’annonce exceptionnel en gamay”. Dans son bureau du 210 boulevard Vermorel, à Villefranche-sur-Saône (69), Florence Hertaux, responsable du réseau maturité de la chambre d’agriculture du Rhône arbore un grand sourire. C’est que les résultats des derniers prélèvements effectués hier, jeudi 20 août, dans 192 parcelles de vignes réparties dans tout le Beaujolais ne peuvent qu’inciter au plus grand optimisme. Le degré moyen est de 10,5 avec un nombre important de parcelles à plus de 12 degrés et même quelques-unes à plus de 13. “C’est exceptionnel à cette période de l’année et l’état sanitaire des raisins est tout simplement parfait, sans un grain de pourriture. Au niveau de la couleur, les analyses effectuées par la Sicarex mettent en évidence un potentiel supérieur à 2009, au niveau de 2011 et proche de 2005”, assure Florence.
2005, 2009, 2011… trois très grands millésimes au “Panthéon” du Beaujolais que 2015 a donc toutes les chances de rejoindre. Il ne reste plus qu’à espérer deux dernières semaines de météo favorables et sur ce point les prévisions sont optimistes et à choisir le bon moment pour cueillir les raisins. Car outre son immense potentiel l’autre caractéristique du millésime 2015 est son hétérogénéité dans l’avancement des maturités, comme conséquence logique de la sécheresse qui sévit dans la région depuis des mois. “Globalement la récolte sera en baisse de 20% environ par rapport à 2014 ce qui devrait donner un rendement moyen à l’hectare de l’ordre de 35 hectolitres, mais, il y a des fortes disparités selon les secteurs, la géologie, l’âge et l’enracinement des vignes, l’enherbement ou pas… Cela se traduit par des poids de grappes de gamay qui vont de 25 à 170 grammes ! Je n’avais jamais vu un tel écart. J’incite donc les vignerons à faire des contrôles de maturité très précis, réguliers, pour caler la date optimale des vendanges”, conclut Florence Hertaux.Un peu plus au nord, en Bourgogne, Christine Monamy, effectue le même travail dans le cadre des parcelles de référence suivies par l’interprofession (BIVB). Là-aussi les derniers prélèvements ont été faits hier 20 août et là-aussi on a le sourire. “Les premiers raisins vont être coupés dès la fin de semaine prochaine dans le Mâconnais*, sur des gamays qui par endroits atteignent déjà les 13 degrés naturels et quelques chardonnays situés sur des secteurs précoces, avec de petites récoltes. La Côte Chalonnaise et la Côte de Beaune vont commencer entre le 31 août et le 5 septembre environ et la Côte de Nuits à partir du 5”. En Bourgogne aussi et pour les mêmes raisons que dans le Beaujolais, le potentiel du millésime est superbe mais avec également beaucoup d’hétérogénéité d’une vigne à l’autre et la nécessité de suivre l’évolution des maturités pour cueillir au meilleur moment. “D’autant plus qu’avec les pluies qui devraient tomber ce week-end et le temps très chaud annoncé derrière, cela risque de mûrir plus vite que prévu”, explique Christine Monamy. Les vendanges en Côte-d’Or devraient commencer par le pinot noir, les vignes de chardonnay étant plus chargées. Dans l’Yonne enfin, au nord de la Bourgogne, on en est presque à faire la danse de la pluie. “Le vignoble est superbe, sans un grain pourri, les baies sont déjà sucrées mais toutes petites. S’il ne pleut pas dans la semaine à venir, le millésime sera bon. S’il tombe 20 ou 30 mm, cela va gonfler un peu les baies, débloquer les maturités, rééquilibrer le rapport entre peau et jus et on aura un grand millésime”, prédit Benoit Droin, vigneron à Chablis, qui croise les doigts.
Christophe Tupinier
* Vignoble le plus “sudiste” de la Bourgogne qui borde le Beaujolais.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines