Accueil Actualités William Fèvre, le triomphe de la méthode

publié le 01 février 2016

William Fèvre, le triomphe de la méthode

 

Nous étions en 1998, trois
ans seulement après l’arrivée du Champenois Joseph Henriot à la tête de la Maison Bouchard Père & Fils (Beaune – 21), et ce
dernier réalisait ce que l’on peut appeler un « coup de maître » en reprenant le Domaine William Fèvre, à
Chablis : quarante-six
hectares, dont quinze de
grands crus, onze de
premiers crus et seize hectares
de chablis-villages. Par
la suite, la maison a étoffé son offre dans les premiers crus Les Vaillons,
Montmains, Mont de Milieu et Montée de Tonnerre. Ce sont aujourd’hui plus de 80
hectares, dont trente en propriété propre et cinquante en location, qu’exploite
William Fèvre. Il faudra
également ajouter dès l’année prochaine vingt hectares de chablis-villages
dans de beaux secteurs. William
Fèvre exerce également une activité de négoce qui représente une centaine d’hectares
en chablis et petit-chablis. Quarante personnes travaillent pour William Fèvre,
dont vingt-quatre dans
les vignes. Didier Seguier, le régisseur, insiste pour parler d’une équipe et
pour mettre en avant ses collaborateurs : Walter Dausse, chef de culture
depuis 2000, Jean-François Notté, oenologue et responsable de la cave depuis
2006, et son adjointe
Florie Nessi depuis 2008…

La dégustation

Chablis grand cru Côte de Bouguerots

Chablis premier cru
Vaulorent
Dix-sept millésimes, deux
terroirs, vingt-six vins ;
on ne fait pas les choses à moitié chez William Fèvre ! La dégustation
proposée par Didier Séguier, promu à la direction de William Fèvre en 1998,
portait sur les millésimes 2014 à 1998 et sur deux terroirs emblématiques de la maison : le premier
cru Vaulorent et le grand
cru Bougros Côte de Bouguerots ; la minéralité chablisienne dans toute son
expression !

2014

Vaulorent – 15 sur
20

Robe or vert pâle.
Le nez frais évoque les agrumes ; la bouche est tonique, vive, d’une
grande fraîcheur avec une finale acidulée, saline et ronde. L’état sanitaire
parfait des raisins promet à ce millésime un bel avenir.
Côte de Bouguerots –
16,5 sur 20

Robe or vert. Nez
plus riche, plus gras sur un floral sec, mais aussi plus compact avec moins de
relief aromatique que le précédent. La bouche est en largeur, avec une texture
dense et grasse. De toute évidence, c’est un vin de garde.

2013

Vaulorent – 16,5 sur
20

Or vert limpide. Nez
un peu réservé au départ, avec des notes mentholées, de fougère, évoluant vers
le grillé, le citron sec et le pollen. La bouche est précise, dense, grasse,
avec un côté sucré/gras apporté par le botrytis (20 à 30 %) ; la
finale est fraîche avec une très belle longueur.
Côte de Bouguerots –
17 sur 20

Or brillant :
nez plus réservé, sur l’amande verte, la tarte au citron puis la rose fanée ;
la bouche se montre compacte, dense, avec de la puissance et de la longueur ;
la finale fraîche, saline et acidulée est bien enrobée par le gras. Dans ce
millésime compliqué et très humide, l’effeuillage estival des vignes a amélioré
l’ensoleillement et l’état sanitaire des grappes.

Repères

Directeur
général : Christian Albouy.

Régisseur : Didier Séguier.
Surface
: 80 hectares en production, dont 15,2 de grands crus, 16 de premiers crus et 46,9 de chablis village.

Activité de négoce
qui correspond à une centaine d’hectares.

Chiffre
d’affaires 2014 : 13 millions d’euros (75% à l’exportation).
Cuvées
phares

Chablis grand crus
Bougros Côte Bouguerot, Vaudesir, Les Clos ; chablis premiers crus Vaulorent,
Montée de Tonnerre, Mont de Milieu.

Espace
vente-dégustation : 10, rue Jules Rathier –
89800 Chablis – Tél. 03 86 18 14 37 – caveau@williamfevre.com
– www.williamfevre.fr

Vous pouvez lire la suite de l’article en vous abonnant à une version “on line” et/ou en achetant le numéro 127 de Bourgogne Aujourd’hui.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines