Accueil Actualités Tastevinage : Retrouvailles malgré le coronavirus

publié le 02 juin 2020

Tastevinage : Retrouvailles malgré le coronavirus

 

Le bonheur. Bonheur de
se retrouver dans ce lieu, le château du Clos de Vougeot, verre en main pour la
105e séance du Tastevinage sous l’égide de la confrérie des
Chevaliers du Tastevin. « Il n’était pas question que le Tastevinage n’ait
pas lieu », expliquait Vincent Barbier, le grand maître de la Confrérie,
le bas du visage dissimulé sous un masque or et rouge, les couleurs des
Chevaliers.

Bien sûr, cette séance
était si différente, si troublante. Le coronavirus a tout chamboulé.
Distanciation physique oblige, précautions nécessaires. L’ensemble des salles
du Château avait été réquisitionné : salon d’honneur, cellier…
L’habituelle table de 6 personnes n’accueillait qu’un seul dégustateur. Quatre
tables constituaient le jury pour maintenir ce jugement impartial selon le
précepte « ne sélectionner que les vins que vous aimeriez proposer à vos
amis ». Un peu perdu dans le grand cellier, seuls 12 dégustateurs, dans un
vide surprenant, déroutant. D’ordinaires, ils sont 250 et le brouhaha est
intense. Sur les tables, outre les outils usuels -les verres, la feuille de
notation- une petite fiole de gel hydro alcoolique était à disposition.

Deux séances pour 75
personnes avaient été mises en place, une le matin, une l’après-midi. A charge
de ces convives de noter plus de vins : une quarantaine d’échantillons
chacun. Du boulot : 650 échantillons de vins. L’ensemble des appellations
de Bourgogne était soumis à ce jury par les vignerons désireux de pouvoir
arborer le précieux label sur leurs bouteilles, gage de reconnaissance pour les
amateurs. Les sommeliers se tenaient aussi à distance, le visage derrière une
visière en plastique.

Tout avait été prévu,
programmé pour la mi-mars mais les échantillons emmaillotés dans leurs
« chaussettes » anonymes sont restés en cave et ont attendu jusqu’à
ce 29 mai.

Les Chevaliers du
Tastevin ont voulu ainsi sortir du confinement sans délai. Comme signe que la
vie reprenait, celle si bourguignonne dédiée aux dégustations. Une vie avec
laquelle les dégustateurs ont renoué, échangeant de loin leurs avis sur les
vins dégustés : « Tu le tastevines ? ». Le bonheur
s’affichait par un large sourire, vite masqué d’un bandeau bleu lorsqu’ils
quittaient la table maisle coeur léger d’avoir pu, de nouveau, partager cet
instant de retrouvailles et se donnant rendez-vous à l’automne pour le 106e
Tastevinage.

Thierry Gaudillère

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Corton et Corton Charlemagne défient le temps !

Comme chaque vendredi précédent la vente des vins des Hospices de Beaune, la maison Bouchard Père et Fils a une fois de plus mis les petits plats dans les grands ; au "menu" : un formidable déjeuner-dégustation autour de vieux Corton et Corton-Charlemagne grands crus... jusqu'en 1934 !

28 novembre 2022

Gevrey-Chambertin, des hauts et des bas en 2021 !

"Roi Chambertin" nous a récemment offert l'opportunité de déguster une centaine de vins de Gevrey-Chambertin du millésime 2021, avec des hauts et des bas...

24 novembre 2022

Flavie Flament et Benoit Magimel ont fait flamber les enchères de la pièce de charité.

Nouvelle pluie de records aux Hospices de Beaune !

Produits global, prix moyen de la pièce, pièce de charité... Une nouvelle pluie de records s'est abattue hier sur la vente des vins des Hospices de Beaune.

21 novembre 2022

Nos derniers magazines