Accueil Actualités Boris Champy reprend le domaine Didier Montchovet

publié le 06 février 2020

Boris Champy reprend le domaine Didier Montchovet

 

 

 

C’est un domaine précurseur de la biodynamie en Bourgogne qui change de mains. Didier Monchovet, n’ayant pas de successeur, transmet son exploitation de 12 hectares à Boris Champy. Didier Montchovet a fondé en 1984 son domaine éponyme à Nantoux, dans les hautes-côtes de Beaune.

Boris Champy, vigneron et bourguignon d’adoption, est né en 1974. Champenois d’origine, œnologue (diplômé en 1996), il a travaillé 10 ans en Napa Valley en Californie (Dominus, Famille Moueix) avant de devenir directeur technique de la maison beaunoise Louis Latour et, plus récemment, régisseur du Clos des Lambrays (Morey-Saint-Denis). Il a aussi été président de l’ODG Corton et initiateur d’une association de protection de l’environnement. Boris Champy est aussi un triathlète Ironman, un nageur qui a traversé la baie de San-Francisco et un pèlerin qui a accompli le pèlerinage (2004 km) vers Saint Jacques de Compostelle depuis Dijon.

 

C’est une passation en douceur entre les deux hommes, qui a commencé de manière informelle durant les vendanges 2019.

Le domaine Monchovet compte 12 hectares en blancs et rouges, ainsi que du crémant. Outre des bourgognes hautes-côtes de beaune, du bourgogne aligoté, du crémant de Bourgogne, il produit également du pommard, des beaune 1ers crus Les Vignes Franches et Coucherias. Il est certifié agriculture biologique Ecocert et Demeter pour sa viticulture en biodynamie.

 

« Je crois au futur des Hautes-Côtes ! Avec les vignerons voisins, nous devons continuer d’élever la réputation des vins.

Mon objectif sera de mettre en avant les lieux-dits, de valoriser les microclimats plus ou moins frais, les différentes expositions et autres subtilités
passionnantes. En altitude, dans ces collines et vallons, nous allons pratiquer une viticulture un peu en décalage de celle de la grande côte viticole. Nos parcelles sont des îlots de biodiversité : de multiples « clos » mais aussi des arbres, des haies vives, des murs et meurgers, des fruitiers… Nous aurons une approche holistique. Notre but sera de rechercher de la fraîcheur, de la personnalité dans nos vins, avec un style de vinification raffiné et naturel », explique Boris Champy.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Cité des vins de Chablis, la “première pierre” est posée !

La première pierre de la cité des vins de Chablis, dans l'Yonne, vient d'être posée. Ouverture à l'été 2022 !

15 septembre 2021

Grappes de gamay le 8 septembre 2021, à quelques jours des vendanges, dans le vignoble de Fleurie.

Le Beaujolais dans les starting-blocks !

Le Beaujolais est à la veille des vendanges ; il n'espère plus qu'un dernier coup de pouce de la météo pour faire finalement un bon, voire très bon millésime. Qui l'aurait cru il y a un mois ?

10 septembre 2021

Petites grappes de chardonnay en Puligny-Montrachet premier cru Les Folatières, le 6 septembre.

Vendanges 2021, tous les espoirs sont encore permis !

Il fait enfin beau, les vendanges approchent et si la récolte 2021 ne sera pas très abondante, tous les espoirs sont encore permis au plan qualitatif.

07 septembre 2021

Nos derniers magazines