Accueil Actualités 2015, avantage aux rouges !

publié le 29 avril 2021

2015, avantage aux rouges !

 

 

 

Bourgogne Aujourd’hui consacre un article au millésime 2015 dans le numéro 157. Voici l’article complet en guide de bienvenue sur le site…

 

Tout est allé très vite en 2015, dans les vignes comme en cuverie : après une floraison dès le début du mois de juin, la véraison s’est enclenchée à la mi-juillet et les premiers raisins mûrs ont été récoltés fin août. Les vignerons ont dû s’adapter à ce rythme soutenu et à ces conditions alors inhabituelles. Depuis…

Au premier abord, la climatologie du millésime 2015 pourrait sembler parfaite car on a établi, dans ce millésime, de nouveaux records de chaleur et d’ensoleillement, ce qui a permis d’obtenir facilement de belles maturités. Cette météorologie chaude a été accompagnée d’un déficit de pluie, parfois conséquent, mais si elle fut rare, elle est tout de même tombée aux bons moments. Les vendanges se sont déroulées en quelques semaines, et mi-septembre, la récolte 2015 était presque terminée, alors que les feuilles de vignes arboraient encore une belle couleur verte. L’état sanitaire des raisins était excellent.

 

Le chardonnay soumis à rude épreuve

 

Ce contexte climatique, apparemment idéal, masque une réalité beaucoup plus contrastée et le millésime 2015 n’est pas totalement homogène. En effet, le chardonnay a été soumis à rude épreuve. Avec des températures aussi caniculaires, il devenait très compliqué de préserver de belles acidités pour maintenir la fraîcheur des vins ; ici interviennent de nombreux facteurs déterminants : la qualité du matériel végétal, la maîtrise des rendements et les différentes caractéristiques des terroirs expliquent en grande partie les importantes disparités entre les domaines et les cuvées. Il fallait également bien choisir la date des vendanges ; trop tôt, les chardonnays, stressés par la chaleur et la sécheresse, étaient encore verts, trop tard, ils pouvaient être trop mous et alcooleux.

Les vignerons les plus habiles ont réussi à maîtriser tous ces paramètres et vous trouverez dans notre sélection, de Chablis à Pouilly-Fuissé, quelques grandes bouteilles, combinant la puissance et la fraîcheur. Si les chardonnays monopolisent le haut du classement, les vins de l’appellation Saint-Bris, n’ont pas démérité, même s’ils restent au pied du podium avec de nombreuses cuvées notées à 15/20 ; l’implantation des vignes de sauvignon, sur les terroirs souvent le plus frais, a permis d’obtenir de belles cuvées, fruitées et croquantes.

Quant aux rouges, ils sont beaucoup plus homogènes avec, comme souvent, de superbes réussites dans la Côte de Nuits ; la Côte de Beaune et la Côte Chalonnaise, ayant été épargnées par la grêle, ne sont pas en reste et offrent également de très belles bouteilles. Quant à l’appellation Irancy, dans l’Yonne, elle a réussi à tirer son épingle du jeu et place même un vin dans le « Top », ce qui en dit long sur le potentiel de l’AOC dans le contexte du réchauffement climatique.

 

Potentiel de garde exceptionnel

 

Sur les meilleures cuvées, les vins présentent de superbes textures, tout en gardant beaucoup de fraîcheur, de finesse, et de précision aromatique. On peut noter que les meilleurs crus sont aujourd’hui encore solidement charpentés et certains n’ont parfois pas encore totalement digéré leur élevage. Il faudra donc faire preuve d’un peu de patience avant qu’ils ne soient pleinement épanouis ; la gourmandise initiale du millésime a laissé aujourd’hui la place à plus de réserve, et l’empreinte des grands terroirs commence parfois à resserrer un peu les vins ; cette belle minéralité, qui vient désormais canaliser la fougue juvénile du fruit, permet de garantir une droiture et un potentiel de garde exceptionnels aux meilleures cuvées de pinot noir.

 

Gilles Trimaille

 

 

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Corton et Corton Charlemagne défient le temps !

Comme chaque vendredi précédent la vente des vins des Hospices de Beaune, la maison Bouchard Père et Fils a une fois de plus mis les petits plats dans les grands ; au "menu" : un formidable déjeuner-dégustation autour de vieux Corton et Corton-Charlemagne grands crus... jusqu'en 1934 !

28 novembre 2022

Gevrey-Chambertin, des hauts et des bas en 2021 !

"Roi Chambertin" nous a récemment offert l'opportunité de déguster une centaine de vins de Gevrey-Chambertin du millésime 2021, avec des hauts et des bas...

24 novembre 2022

Flavie Flament et Benoit Magimel ont fait flamber les enchères de la pièce de charité.

Nouvelle pluie de records aux Hospices de Beaune !

Produits global, prix moyen de la pièce, pièce de charité... Une nouvelle pluie de records s'est abattue hier sur la vente des vins des Hospices de Beaune.

21 novembre 2022

Nos derniers magazines