Accueil Actualités 154ème Vente des Vins des Hospices de Beaune : des premières enchères stables

publié le 16 novembre 2014

154ème Vente des Vins des Hospices de Beaune : des premières enchères stables

 

C’est parti pour la 154ème vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune avec l’objectif clairement affiché par les organisateurs de battre le record de l’an dernier qui s’était établi à 6 300 000 Euros. Le contexte de cette vente de la récolte 2014 est bien connu : une récolte à nouveau très faible en raison de la grêle de fin juin même si le nombre de pièces mises en vente cet après-midi (534 réparties en 47 cuvées) est en hausse par rapport à 2013, un millésime de bonne qualité mais sans plus; un engouement international sans cesse croissant pour les vins de Bourgogne et Christie’s qui pour sa dixième année aux commandes de l’évènement a sans doute envie de fêter tout cela, “nos clients ne semblent pas prêts à faire des folies en dehors peut-être des grands crus”, nous expliquait Philippe de Marcilly, de la maison Bichot, premier acheteur de la vente avant le début des hostilités. Les premières enchères (beaune Dames Hospitalières, pommard Dames de la Charité) ont confirmé cette tendance en affichant une stabilité des cours par rapport à 2013.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines