Accueil Actualités 2016 : une demie récolte à Chablis

publié le 29 mars 2017

2016 : une demie récolte à Chablis

 

Récolte
2016 à Chablis : Des volumes supérieurs aux estimations

Le millésime 2016 n’aura pas épargné les
vignerons de Chablis, le gel ayant fait d’importants dégâts sur le secteur.
Quelques mois après les vendanges, un premier bilan de la quantité de la
récolte peut être dressé et il est moins catastrophique que prévu. Le volume
revendiqué s’élève à 209 258 hl (incluant le VCI), soit 63% de potentiel de production de
Chablis, qui atteint les 330 000 hl pour une récolte
« normale ». Dans le détail, le volume s’élève à 38 307 hl en
Petit Chablis, contre 60 969 en 2015. L’appellation Chablis est celle qui
a le plus souffert avec un volume total de 134 362 hl, tandis qu’en 2015
celui-ci était de 211 760 hl. Pour les premiers crus, la perte s’élève à
un peu plus de 10 000 hl : 32 931 en 2016 contre 43 119
l’année précédente. Enfin, en grands crus, le volume revendiqué pour la
dernière récolte est de 3 658 hl. Il était de 4 214 hl pour le
millésime 2015.

Le Volume Compensatoire Individuel a
pleinement joué son rôle cette année. Ce système de mise en réserve très
encadré permet aux producteurs qui l’utilisent d’avoir un volume individuel
disponible pouvant être utilisé en cas de récolte déficiente. « C’est un
outil de régulation des volumes mis sur le marché, qui évite une offre des vins
de Chablis en dent de scie et qui permet de maîtriser les prix, tout en
sécurisant la viabilité des exploitations viticoles », précise le Bureau
Interprofessionnel des Vins de Bourgogne de Chablis.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines