Accueil Actualités Bourgogne : maturité des raisins, le rythme s’accélère !

publié le 02 septembre 2016

Bourgogne : maturité des raisins, le rythme s’accélère !

 

Et si finalement la Bourgogne finissait par enchainer derrière 2015, un deuxième grand millésime ? Personne n’aurait misé le moindre euro sur cette hypothèse au début de l’été. Au début de l’été… Depuis, il a fait beau, chaud, globalement sec et ces conditions climatiques très favorables pour ne pas dire idéales se poursuivent alors que nos chères têtes blondes ont repris avec le sourire le chemin de l’école.

Pinot noir
Depuis notre article de la semaine dernière, Christine Monamy et son équipe ont enregistré une progression importante des sucres jusqu’à 6 grammes par litre et par jour avec une moyenne proche de 5 grammes. En moyenne régionale, le pinot affiche désormais 170 gr de sucre, ce qui équivaut à un peu plus de 10 degrés naturels potentiels (le taux officiel est de 16,83 grammes de sucre pour un degré). Pas si mal pour un début de mois de mois de septembre ! Attention toutefois, nous parlons là de la maturité du pinot noir dans les secteurs non gelés et/grêlés au printemps ; là ou le gel a frappé, les raisins ont une bonne semaine de retard.
Un autre facteur est en train de s’inviter au débat : la sécheresse. Dans certains secteurs, le manque d’eau commence en effet de se faire sentir et les prévisions météo “sèches” de la semaine prochaine ne devraient pas contribuer à arranger les choses.Ceci étant, arrêtons de tordre du nez. Le millésime boiteux et cabossé que tout le monde sentait venir, bien abrité sous son parapluie au mois de juin, évolue doucement, mais plus surement chaque jour qui passe vers une belle surprise, au moins en qualité. Croisons les doigts et les vendanges que personne ne prévoyait avant début octobre au mieux en pinot noir pourraient débuter vers le 20-25 septembre.

ChardonnayLe chardonnay, en tous secteurs (grêlés et/ou gelés ou pas), est à ce jour en léger retard de quelques jours sur le pinot noir en raison de charges plus importantes sur les pieds de vigne. Ce qui soit dit en passant est souvent le cas… Nous ferons un point plus détaillé sur les blancs dans le prochain numéro.

Photo 1 : La véraison est terminée sur les grappes de première génération de ce pied de vigne en beaune premier cru Les Grèves. Elle commence en revanche sur la petite grappe verte de deuxième génération, repartie d’un contre-bourgeon après le gel du 27 avril dernier.Photo 2 : “Échaudage” sur une grappe. On constate ici que la chaleur peut “sécher” des baies même en cours de véraison, voire carrément vertes. Ce type de grappe se retrouve un peu partout cette années dans le vignoble.
Photo 3 : On voit ici des grappes de deux générations différentes. La petite grappe “secondaire” a poussé avec son pétiole enfermé dans la grappe de première génération.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines