Accueil Actualités Chambolle, Morey : envie de faire une petite folie ?

publié le 25 mars 2016

Chambolle, Morey : envie de faire une petite folie ?

 

Les avis étaient unanimes à l’issue de
notre dégustation des chambolle-musigny et morey-saint-denis 2012 et 2013, avec
des vins bons, très bons, voire même exceptionnels pour quelques-uns. Les taux
de réussite en témoignent : 72 % pour les chambolle, 80 % pour
les morey et 85 % pour les grands crus… Des scores rarement atteints. Les
dégustations en primeur avaient laissé entrevoir de belles choses. Dans notre numéro 112, consacré aux
2012, nous écrivions que « le sommet de la production de vins rouges de la Côte de Nuits est à ranger au
rang des grands millésimes, capable de rivaliser avec 2009 dans un style
différent ». Aujourd’hui,
les vins se révèlent dans un style, avec du volume, de la chair, des notes de
fruits noirs et d’épices, et une belle énergie sur les finales. Cette année-là,
le mois de septembre a permis de préserver un bon état sanitaire et les sucres
ont pu progresser doucement mais sûrement. La coulure, le millerandage, les maladies cryptogamiques (mildiou,
oïdium) ou encore la grillure, ont prélevé leur quota de production mais pas la
grêle.

Un constat qui vaut également pour 2013.
Les vins de ce millésime étaient encore plus flatteurs lors de notre
dégustation qui a eu lieu début décembre, avec une belle fraîcheur, de la
richesse, de la longueur et des tanins soyeux. En 2013, la production a été
plus importante qu’en 2012, et la date de récolte plus tardive. « Nous
avons commencé les vendanges le 24 septembre en 2012 et le 5 octobre
en 2013 », rappelle Christian Amiot, vigneron à Chambolle. (…)

Pour lire la suite de l’article, tout savoir sur le parcellaire du grand cru Bonnes-Mares et découvrir notre guide d’achat complet des Chambolle-Musigny et Morey-Saint-Denis 2012 et 2013 (villages, premiers et grands crus), vous pouvez vous abonner ou acheter en ligne le numéro 128 de Bourgogne Aujourd’hui et son supplément Beaujolais Aujourd’hui n°16.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines