Accueil Actualités Et voila la cave de l’oeuf !

publié le 12 septembre 2013

Et voila la cave de l’oeuf !

 

Quelque chose nous dit que l’on a pas fini d’entendre parler de la “cave de l’oeuf” inaugurée cette semaine par le célèbre domaine Leflaive, à Puligny-Montrachet, toujours à la pointe en matière de démarche écologique. “C’est un grand jour pour nous d’inaugurer cette cave expérimentale, hors-sol, passive, construite en bois, paille et terre. Le cahier des charges donné aux architectes était simple : 0 chimie, 0 carbone, 0 pollution et 0 fluctuation thermique et hygrométrique”, a expliqué Anne-Claude Leflaive, l’emblématique gérante du domaine. Après plus de deux ans d’études et de travaux, le pari a donc été gagné par le cabinet d’architectes AZCA (Atelier zéro carbone architectes) basé à Nuits-Saint-Georges. Si le résultat extérieur est déjà saisissant avec ce bardage bois peint à l’ocre naturel qui rappelle les constructions dans les pays scandinaves, l’aspect intérieur l’est davantage. La cave de plus de 7 mètres de hauteur (6,50 à l’intérieur) reprend donc la forme de voute des deux-tiers supérieur d’un oeuf et elle pourra loger jusqu’à 180 pièces de vin de 228 litres. Une légère variation de température devrait intervenir entre l’été et l’hiver (de 10 à 14° environ), mais les conditions s’annoncent idéales pour l’élevage des vins. Le sol n’est en effet pas isolé et l’eau fraîche de la nappe phréatique de Puligny qui coule toute l’année à la même température, à un petit mètre seulement de la surface, jouera le rôle d’un climatiseur naturel. La coque de l’oeuf a été réalisé avec 16 couches différentes, avec un niveau d’isolation optimum. “La cave a été conçue autour de l’habitant, c’est à dire le fût de chêne et le vin. Beaucoup de contrôles ont été réalisés pour nous assurer que les composants de la coque de l’oeuf n’émettent pas de substances volatiles susceptibles de polluer les vins”, explique Marine, du cabinet AZCA. Coût total de cette prouesse technique et environnementale : 350 000 euros TTC.
A découvrir en photos dans le prochain numéro de Bourgogne Aujourd’hui qui, sortira début octobre, en version numérique sur ce site et chez les marchands de journaux.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines