Accueil Actualités Faiveley reprend le domaine Dupont-Tisserandot

publié le 19 septembre 2013

Faiveley reprend le domaine Dupont-Tisserandot

 

La société Domaine Faiveley, basée à
Nuits-Saint-Georges (Côte de Nuits – 21) se rapproche du domaine
Dupont-Tisserandot, installé à Gevrey-Chambertin (Côte de Nuits – 21). Dans cette nouvelle
association, les deux soeurs, Marie-Françoise Guillard et Patricia Chevillon,
qui ont succédé en 1990 à Gisèle et Bernard Dupont-Tisserandot resteront
co-gérantes de ce domaine familial qui couvre aujourd’hui 20,40 hectares de
vignes, avec 20 appellations et par n’importe lesquelles. Citons en effet les
grands crus mazis-chambertin (35,54 ares), charmes-chambertin (81,23 ares) et
corton-rognet (32,71 ares), quelques gevrey-chambertin premiers crus de haut
vol -Cazetiers (2,11 hectares), Lavaux-Saint-Jacques (98,66 ares), Petite
Chapelle (17 ares)-, mais aussi 9 hectares de gevrey-chambertin village et 3 de marsannay village. Faiveley rachète la société d’exploitation et environ 4 hectares de vignes : les marsannays, un peu de gevrey-chambertin village et une partie des gevrey-chambertin premiers crus. Didier Chevillon, le mari de Patricia, qui s’occupait des vinifications continuera de collaborer à la nouvelle structure. En
préambule en quelque sorte à ce rapprochement, Faiveley a racheté en négoce une
partie importante de la récolte 2012 du domaine Dupont-Tisserandot. Le domaine
Faiveley, fondé en 1825, couvre à ce jour 70 hectares en Côte Chalonnaise et
50 en Côte de Nuits, dont 10 hectares de grands crus et 20 de premiers crus. En
2004, Erwan Faiveley a succédé à son père François Faiveley à la direction-générale.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines