Accueil Actualités Frédéric Drouhin, nouveau président du négoce bourguignon !

publié le 11 avril 2014

Frédéric Drouhin, nouveau président du négoce bourguignon !

 

Ils ont une cinquantaine d’années, se connaissent parfois depuis les bancs de la maternelle et ce sont eux qui tiennent les rênes des grandes maisons de négoce-éleveur de Bourgogne. Ce matin, dans le cadre du cellier du Château du Clos-de-Vougeot, l’Union des maisons de vins de Bourgogne tenait son assemblée-générale marquée par un événement. Après plus d’une décennie de présidence, Louis-Fabrice Latour, PDG de la maison beaunoise Louis Latour a laissé la place à Frédéric Drouhin, PDG de la maison Beaunoise Joseph Drouhin. Et c’est Albéric Bichot (DG de la maison… beaunoise Albert Bichot) qui dans un “discours” à la fois drôle et émouvant a en quelque sorte transmis le relai entre les deux hommes.Le négoce-éleveur bourguignon reste aujourd’hui plus que jamais LE poids lourd incontournable de l’économie viticole bourguignonne : 125 entreprises, 4 500 salariés, 2 500 hectares de vignes en propriété et 850 millions d’euros de chiffre d’affaires (60% du CA total de la Bourgogne). Le négoce bourguignon est fort, prospère, très présent à l’exportation, il compte des marques emblématiques (Jadot, Bichot, Drouhin, Latour, Bouchard, Boisset, Faiveley…) et pourtant, le nouveau président va devoir faire face à une situation a haut risque qu’il résume très simplement. “Les dernières années de petites récoltes nous conduisent à une crise des approvisionnements alors que les marchés sont très demandeurs de vins de Bourgogne partout dans le monde. Cette situation de pénurie risque de nous faire perdre des parts de marché et de nous marginaliser en raison des hausses de prix qui résultent de ce déséquilibre entre offre et demande.” Le nouveau président a évoqué un plan de développement à long terme qui pourrait passer assez rapidement par 300 hectares environ (1% de la surface actuelle de la Bourgogne) de nouvelles plantations et par un “pilotage économique” dont les détails restent à préciser.
Au rang des autres dossiers prioritaires évoqués par Frédéric Drouhin, figure la Cité des Vins de Bourgogne, dont les travaux devraient commencer fin 2016. Cette cité qui devra rapidement s’autofinancer sera le “vaisseau amiral” de la communication régionale avec pour objectif de présenter et d’expliquer la région ; un dossier lié étroitement à celui des climats de Bourgogne qui devraient être reconnu au patrimoine de l’humanité en juin 2015. Frédéric Drouhin a enfin mentionné le sujet “vin et société” fustigeant la politiques prohibitionnistes des différents gouvernement qui se succèdent. “Nous ne pouvons plus accepter d’être ainsi ainsi muselé dans la communication sur nos vins” et de citer les exemples de pays -USA, Chine, Espagne- ou la communication sur le vin est au contraire encouragée et financée par les pouvoirs publics.

Christophe Tupinier

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines