Accueil Actualités Hospices de Nuits-Saint-Georges : une nouvelle hausse

publié le 17 mars 2014

Hospices de Nuits-Saint-Georges : une nouvelle hausse

 

Une nouvelle hausse, un nouveau record… Échéance après échéance, la forte demande pour les vins de Bourgogne sur les marchés, et plus
particulièrement à l’export, se confirme. La qualité du tardif et laborieux millésime 2013, d’un niveau très honorable (surtout les premiers crus) a rassuré les acheteurs. L’institution enregistre un chiffre d’affaires
record de 736 700 €. Le faible volume mis en vente (107 pièces de 228 litres) a
également encouragé mécaniquement cette hausse.

La pièce de charité, acquise par un groupement d’acheteurs, a
atteint 36 000 €. Cette somme permettra de financer un programme de recherche
de l’Institut du cerveau et de la moëlle épinière représenté lors de la vente par le professeur Gérard Saillant et le comédien Patrick Timsit.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines