Accueil Actualités La famille Faiveley reprend le Domaine Billaud-Simon, à Chablis.

publié le 05 août 2014

La famille Faiveley reprend le Domaine Billaud-Simon, à Chablis.

 


La Famille Faiveley rachète le
Domaine Billaud-Simon, installé à Chablis depuis 1815. Il 20 hectares dans les
plus beaux terroirs avec quatre Grands Crus -Les Clos, Les Preuses, Vaudésir et
Les Blanchots- quatre Premiers Crus
-Montée de Tonnerre, Mont-de-Milieu, Fourchaume et Vaillons- ainsi que des
Chablis et Petit Chablis.

“Le rachat de ce domaine
inscrit la volonté de la famille Faiveley d’être propriétaire dans les plus beaux
vignobles de Bourgogne et notamment en Côte d’Or, Côte chalonnaise et à Chablis.
Originaire de Nuits-Saint-Georges, la famille a patiemment constitué son
domaine viticole depuis 1825; d’abord en devenant propriétaire de certains des
plus beaux climats de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune avec le Domaine
Faiveley, puis de la Côte chalonnaise avec le Domaine de la Framboisière, et désormais à Chablis avec le Domaine Billaud-Simon”,
explique Erwan Faiveley, à la tête de Faiveley depuis 2005, succédant à son père
François.

Erwan Faiveley souligne sa
volonté de proposer des vins “dans la continuité de Bernard Billaud” en “s’attacherant
à affirmer un style de vins précis, francs et minéraux: l’expression des grands
climats kimméridgiens de Chablis”.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines