Accueil Actualités La maison Picamelot agrandit son vignoble !

publié le 31 octobre 2016

La maison Picamelot agrandit son vignoble !

 

Notre confrère vitisphère.com nous apprend que la maison Louis Picamelot, spécialiste des Crémants de Bourgogne, installée à Rully en Côte Chalonnaise (71)
va planter des vignes sur les Coteaux de Talant, près de Dijon. Dans ce secteur appartenant à l’ancienne “Côte Dijonnaise”, aux portes (nord) de la Côte de Nuits, quelques domaines comme les Mortet (domaines Denis et Thierry Mortet) de
Gevrey-Chambertin (21), produisent déjà d’excellents vins tranquilles d’appellation Bourgogne depuis plus d’une vingtaine d’années.

La maison Picamelot a donc acheté des terres et va planter 8
hectares de vignes pour faire des Crémants : deux de chardonnay et de pinot noir sont déjà en cours de
plantation. Le reste suivra les années à venir. À terme, la superficie en
propriété de la maison devrait passer de 14 à 22 hectares.

Louis Picamelot produit aujourd’hui environ 300 000 bouteilles
par an de Crémant de Bourgogne et pour Philippe Chautard, directeur et propriétaire de la maison :
« L’objectif n’est pas d’augmenter en quantité mais en qualité, en maîtrisant
mieux notre production ». P. Chautard a en effet l’intention de diminuer les
quantités de raisins achetées à l’extérieur et souvent de qualités hétérogènes, ce qui sera possible avec ces nouvelles
vignes. « Le marché des raisins destinés au Crémant est actuellement un marché
d’opportunisme ; c’est un déversoir dans lequel on achète ce qui reste et qu’on
subit. C’est difficile de construire quelque chose avec cela, la production est
rendue contraignante… Or, le Crémant de Bourgogne n’est pas un sous-produit,
nous pouvons faire de grands vins ! », poursuit P. Chautard qui l’a d’ailleurs prouvé et notamment dans notre supplément Crémants de France n°13 (janvier-février 2016 – page 18 –
supplément de Bourgogne Aujourd’hui n°126) dans lequel sa cuvée de Crémant de Bourgogne extra-brut 1996 (dégorgée en juin 2012 – dosage : 3 gr/l) ) a fait merveille. In fine, la production du négociant-propriétaire devrait
être issue pour les deux tiers de ses vignes, le
reste provenant des achats extérieurs.

Mais la maison Picamelot ne va pas en rester là et projette d’agrandir son site de production à Rully. Un nouveau chai bioclimatique moderne, fonctionnel, bâti dans une ancienne carrière, d’une surface de 2000 m2, devrait voir le jour
d’ici la fin d’année 2017. Montant total des travaux : 2 millions d’euros.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines