Accueil Actualités La tendance est (encore) à la hausse…

publié le 16 novembre 2014

La tendance est (encore) à la hausse…

 

Frédéric Drouhin n’y allait pas par quatre chemins ce matin en conférence de presse : “Nous souhaitons une baisse des prix de 10 à 15% pour les rouges”, annonçait-il. Il misait notamment sur le volume un peu plus important que l’année dernière mis en vente sur ce millésime 2014. La première série ne va pas le rassurer, lui et tout le négoce bourguignon. Ce dernier s’inquiétait de donner l’image d’un vignoble inaccesible, de passer “en dehors des radars des acheteurs”.
“Nos clients nous disent : On vous aime bien, mais on ne pourra pas accepter de nouvelles hausses de prix”, a poursuivi Frédéric Drouhin. La vente des Hospices de Beaune n’a pas pour vocation de déterminer les cours de l’ensemble des vins de Bourgogne, mais il est assez rare que la tendance de la vente soit démentie sur l’ensemble du marché viticulture-négoce…La demande reste donc très soutenue comme le montre la vente des 153 premières pièces de rouges. C’est une pièce de Clos de la Roche (grand cru de la Côte de Nuits), adjugée à 70 000 euros, qui détient pour l’instant le record. Mais la vente est encore longue…

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines