Accueil Actualités Le “mercato” d’été est ouvert !

publié le 04 juillet 2014

Le “mercato” d’été est ouvert !

 

C’est peut-être la période qui veut cela, toujours est-il que le “mercato” d’été est en train de s’affoler dans le vignoble. On vient en effet d’apprendre que Géraldine Godot, un avant-centre de charme, déjà transféré il y a quelques années de la maison Jaffelin (Beaune – 21), chez Alex Gambal (Beaune) sera bientôt la
nouvelle directrice technique
du Domaine de l’Arlot, à Premeaux-Prissey. Propriété d’AXA
Millésimes, il est constitué notamment de deux nuits-saint-georges premiers crus monopoles : le Clos de l’Arlot (2,1 hectares plantés en pinot noir et 1,9 en chardonnay) et
le Clos des Forêts Saint-Georges (7,2 hectares exclusivement en pinot noir). Il compte également un peu de grand cru romanée-saint-vivant. Au total, le domaine couvre une quinzaine d’hectares. Géraldine Godot est titulaire d’une maîtrise en biologie cellulaire et oenologue de l’institut
Jules Guyot de Dijon. Elle succède à Jacques Devauges qui change donc vite de maillot, puisqu’il n’assurait cette fonction que depuis trois ans, ayant succédé à Olivier Leriche qui a créé son propre domaine en Ardèche. Le millésime 2014 se fera à quatre mains, puisque Géraldine Godot rejoindra le domaine dès septembre pour prendre la direction technique début janvier 2015. Pour sa part, Jacques Devauges reste donc directeur technique jusqu’à fin décembre 2014 et il a signé, à partir du 2 janvier 2015, dans un autre domaine “majeur” de Bourgogne dont l’identité est pour l’heure tenue secrète. A suivre !

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines