Accueil Actualités Millésime 2008 : blancs fringants, rouges dans le rouge

publié le 22 mars 2016

Millésime 2008 : blancs fringants, rouges dans le rouge

 

Il
est toujours bon de rappeler que la Bourgogne produit plus de 60 % (chiffres
récoltes 2014) de vins blancs et qu’un millésime doit donc être commenté en
deux temps : les blancs et les rouges. Si une année est souvent un peu
plus favorable à une couleur qu’à une autre, il est plus rare que l’écart de
qualité soit très important ; rien que du très logique dans la mesure où les deux cépages dominants,
pinot noir et chardonnay, se vendangent en toutes régions à quelques jours d’intervalle
seulement. Dans un passé récent, nous ne notons finalement que 1992, millésime
de grands vins blancs et de « petits » rouges et… 2008, où les vins
blancs tiennent la route alors que les rouges, soyons clairs, nous ont déçus
comme très rarement au cours de ces vingt dernières années. Pour continuer sur le ton de la franchise,
la dégustation dans le cadre de la réalisation de cet article de plus de 140 cuvées
de vins rouges et parfois de grands vins rouges, nous amène à placer 2008 sur
la seconde marche du « podium » des millésimes les plus faibles en Bourgogne
depuis près de vingt ans,
juste derrière 2004. Et oui, malgré leurs structures fluettes, les 2007, 2000,
1997, 1994 et autres « petites » années ont apporté et apportent encore
du plaisir en dégustation, mais nous ne sommes pas sûrs que les tanins souvent secs des 2008 rouges s’arrondissent un
jour…

Vous pouvez lire la suite de l’article et découvrir nos meilleurs vins du millésime 2008 en vous abonnant ou en achetant le numéro 128 de Bourgogne Aujourd’hui et son supplément Beaujolais Aujourd’hui n°16.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines