Accueil Actualités Opération séduction au Château de Pommard

publié le 19 novembre 2014

Opération séduction au Château de Pommard

 

“Maurice Giraud* ne nous avait jamais accueilli comme cela”, nous assurait hier soir un vigneron de Pommard (Côte de Beaune – 21), un petit four dans une main, un verre dans l’autre, invité avec ses collègues du village et beaucoup d’autres, à venir rencontrer Michael Baum, le nouveau propriétaire du Château de Pommard. Ce dernier n’avait pas fait les choses à moitié en conviant plus de 200 personnes à sa garden party qui avait tout de l’opération séduction. “Je veux entretenir un vrai partenariat avec les gens de Pommard. Je veux qu’ils se sentent ici chez eux”, a- t-il expliqué pendant son discours déclenchant un tonnerre d’applaudissements dans la salle. Costume italien, chemise ouverte, souriant, décontracté, disponible avec tout le monde, Michael Baum, un Californien de 52 ans, se sent déjà comme chez lui dans cette Bourgogne qu’il n’a pourtant découvert qu’il y a 5 ans et ou il vient désormais 10 jours par mois. “Avant j’étais un Bordeaux lover et mon goût a totalement évolué en découvrant la Bourgogne. J’avais au départ l’intention d’investir dans un château à Bordeaux et mes plans ont changé. Jamais je n’aurais pensé pouvoir acheter quelque chose ici. Je vis un rêve”, a expliqué Michael Baum, qui selon nos informations aurait quand même dépensé entre 50 et 60 millions d’euros pour acquérir le Château de Pommard et ses 21,5 hectares de vignes, dont 18,70 de pommard village clos par un mûr de 3 kilomètres. Michael Baum vit donc un rêve. “Il a fondé six entreprises, réalisé cinq acquisitions. Il est
coté en bourse et il a créé 2 500 emplois. C’est l’un des patrons
emblématiques de la Silicone Valley qui a fait fortune avec des
entreprises high-tech, comme Splunk, un pionnier du Big Data”, pouvait-on lire début septembre dans le quotidien de Côte-d’Or, le Bien Public. Il finance désormais via founder.org, des projets d’entreprises en milieu étudiants aux USA et un peu partout dans le monde. Il est également propriétaire de deux hectares de vignes dans la Sonoma Valley, en Californie.
Il a donc brièvement présenté ses projets et ils concernent tout d’abord l’outil de production du Château de Pommard. Une nouvelle cuverie est dans les tuyaux avec un renforcement de l’équipe technique et des investissements sont prévus dans le vignoble : replantation de 15 000 pieds manquants (l’équivalent de 1,5 hectare…) et renouvellement de 4 hectares environ de vignes dans le clos sur 8 à 10 ans. Depuis 2009, les sols viticoles ont été étudiés en détails par Claude et Lydia Bourguignon afin de mieux adapter les pratiques aux différentes parcelles et pour Emmanuel Sala, le régisseur depuis 2007, la suite logique est un passage à la viticulture bio dans les prochaines années. Michael Baum souhaite également que le Château soit plus que jamais un lieu dédié à l’art, avec de nombreuses expositions de qualité. Son projet concerne également l’oenotourisme. Le Château qui reçoit plus de 30 000 visiteurs par an pourrait ainsi devenir une winery à la Californienne, avec une restauration de qualité et abordable, “il faut de la bonne nourriture pour déguster de bons vins” et sans doute aussi un hôtel. “Je suis quand même avant tout un entrepreneur”, a expliqué Michael Baum lors de son discours, ce dont personne ne doutait vraiment…Christophe Tupinier
*Maurice Giraud était l’ancien propriétaire du Château de Pommard, depuis 2003.

Le Château de Pommard en chiffres
*18,70 hectares de pommard village – 2,7 hectares de bourgogne blanc et rouge.*Une activité de négoce depuis 2008 pour l’équivalent de 35 000 bouteilles. Appellations : meursault, puligny-montrachet, pernand-vergelesses, savigny-les-beaune, ladoix, monthelie…*Commercialisation en direct au Château de l’intégralité de la production.
*Plus de 35 000 visiteurs chaque année.*Chiffre d’affaires 2013 : 6,5 millions d’euros.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines