Accueil Actualités Plus de bourgognes au Mondial des Pinots !

publié le 06 juin 2013

Plus de bourgognes au Mondial des Pinots !

 


La seizième édition du Mondial des Pinots se déroulera à la mi-août dans le Valais, en Suisse. Une présentation de ce concours, organisé par Vinéa et dont Bourgogne Aujourd’hui est partenaire, avait lieu hier à Beaune, au Musée du Vin. Rencontre avec François Murisier, son président.
Comment est née l’idée du Mondial des Pinots ?« Il s’agissait avant tout de mettre en avant ce cépage qui, en Suisse, est planté sur 4500 hectares et représente 1/5 du vignoble. Au départ les producteurs étaient un peu réticents à l’idée de se mettre en compétition mais finalement, ça a tiré les vins vers le haut. Les échantillons étaient principalement suisses lors des premières éditions. Aujourd’hui, nous dégustons des pinots noirs d’une vingtaine de pays. Le concours a par ailleurs été ouvert aux pinots gris et pinots blancs ».
Pourquoi venir présenter le concours à Beaune ?« Chaque année les dégustateurs qui participent aux trois jours de concours s’étonnent qu’il y ait aussi peu de pinots noirs de Bourgogne. C’est vraiment regrettable dans la mesure où la région est la patrie de ce cépage. Elle y produit de grands vins, même si d’autres pays arrivent sur le marché. Pour mobiliser les bourguignons, un prix Bourgogne Aujourd’hui a été créé, afin de récompenser les meilleures entreprises de cette région. Les pinots de Bourgogne ont également leur place dans la catégorie champion du monde, qui permet de présenter le même vin sur trois millésimes. L’objectif étant de récompenser le style et l’homogénéité du vin ».
Une nouveauté devrait apparaître pour l’édition 2014 du Mondial ?« Absolument ! Toujours dans la logique de mobiliser un maximum de Bourguignons, une des journées du concours se déroulera dans la région, probablement à Beaune ». 

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines