Accueil Actualités Rendez-vous au Printemps de Montheliece week-end !

publié le 03 avril 2015

Rendez-vous au Printemps de Montheliece week-end !

 

Les vignerons de Monthelie ouvrent les portes de leurs caves pour faire déguster leur production. Le village sera animé tout au long de ces deux jours, avec des expositions d’artisanat, des promenades en calèche et des repas qui seront proposés à la salle des fêtes.
Les amateurs de bons rapports qualité/prix
ont tout intérêt à s’intéresser à Monthelie, qui mérite incontestablement une
plus grande notoriété. Lorsque vous faites face au village, dont
les ruelles pentues s’accrochent à la colline, vous apercevez à gauche les
vignes d’Auxey-Duresses. A droite, c’est Volnay, et un peu plus loin, Pommard.
Juste derrière vous, il y a Meursault et ses grands vins blancs. Le vignoble de Monthelie compte
130 hectares (en production) en village et en premier cru, pour une quinzaine de vignerons. Une grande majorité des parcelles sont
plantées en pinot noir, mais comme partout, les blancs gagnent du terrain. De taille modeste, le vignoble de
Monthelie offre des terroirs aux qualités reconnues. Couverte de calcaire durs
en son sommet, la combe Danay sépare les deux coteaux qui constituent le finage.
Elle s’étale sur un large cône qui offre une altitude allant de 350 à 260
mètres. Cette pente marquée n’est pas sans influence sur la maturité des
raisins produits dans les parcelles. Différente de la plupart des villages de
la côte, l’exposition joue également un rôle capital. Le premier coteau
s’inscrit dans le prolongement de Volnay. A la suite du Clos des Chênes se
trouve la parcelle Sur la Velle, et plus loin les Vignes Rondes. Assis sur un
terroir fait d’un mélange de calcaires Bathonien et d’argile rouge, les vins
sont généralement racés et denses. Un peu plus bas, contigu aux Caillerets, le
cru les Champs Fulliots repose sur la roche calcaire et n’est recouvert que
d’une couche mince de terre. La composition du sol confère beaucoup de
délicatesse aux vins rouges. Touchant le village, le Clos Gauthey livre un profil assez
identique aux Champs Fulliots. La Taupine et le Meix Bataille possèdent une
altitude différente, mais leur terroir argilo-calcaire leur assure un bon
compromis entre puissance et soyeux. Sur l’autre versant de la combe, le
deuxième coteau compte le premier cru les Duresses qui en couvre une large
partie. La parcelle est partagée entre Monthelie et le village voisin
d’Auxey-Duresses. Orienté vers le sud, il repose sur un sol
fait de calcaire Argovien. Le premier cru les Duresses donne généralement des
vins puissants, à la structure charpentée. Denses et fermes, ils peuvent se
révéler quelquefois un peu durs. Il est donc souvent nécessaire d’attendre ces
vins quelques années de plus. Les quelques blancs produits sur la commune trouvent un terroir de prédilection. Ils offrent généralement finesse et subtilité. Dégustation libre – Verre gravé 7 €

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines