Accueil Actualités Simonnet-Febvre en terre « oubliée »

publié le 24 septembre 2014

Simonnet-Febvre en terre « oubliée »

 

Le centre de gravité de la Bourgogne du vin se
déplace un peu plus vers le nord. L’inauguration du vignoble de la maison
Simonnet-Febvre dans le village de Villaines-les Prévôtes en atteste. « Il s’agit d’une base viticole naissante
dans l’Auxois », explique Jean-Philippe Archambaud, directeur de la maison.
L’entreprise chablisienne, propriété de la maison Louis Latour (Beaune – 21), a
acquis en 2013 un domaine situé dans le nord de la Côte-d’Or. L’objectif
affiché est de produire des Côteaux de l’Auxois, indication géographique
protégée depuis 1979. « Des vins blancs frais, purs et minéraux positionnés sur
le marché des vins régionaux haut de gamme », précise Jean-Philippe Archambaud.
Une parcelle de près de 3 hectares a été replantée cette année en chardonnay.
D’ici cinq ans, la maison souhaite poursuivre une politique d’achats de terre et de plantations pour atteindre 25 hectares de vignoble.

Le premier millésime, 2013,
est proposé à la vente autour de 7,50 € la bouteille. La gamme est composée
de trois cuvées : « Esprit de Lyre » (issue du cépage auxerrois), « Saveur
de Lyre » (assemblage auxerrois et chardonnay) et « Quintessence
de Lyre » (chardonnay).

Ce secteur du département a vu la culture de la
vigne quasiment disparaître suite à la crise du phylloxéra. Il comptait
3 500 ha de vignoble. Les effets du réchauffement climatique est un
élément qui a conduit Louis-Fabrice Latour, à la tête de la maison Louis Latour,
à investir, dans la durée, dans ce vignoble « oublié ».

Laurent Gotti

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines