Accueil Actualités Une femme aux Hospices de Beaune !

publié le 17 octobre 2014

Une femme aux Hospices de Beaune !

 

Faudra-t-il l’appeler “madame le régisseur”, “madame la régisseuse” peut-être ? On ignore encore si l’Académie Française va devoir se pencher sur la question, mais toujours est-il que Roland Masse, arrivé en 2000 aux Hospices de Beaune, aura pour successeur une jeune femme : Ludivine Griveau, 36 ans. A compter du millésime 2015, elle occupera le poste très médiatique de régisseur du domaine des Hospices de Beaune. Elle devra coordonner le travail des 23 vignerons en charge des 60 hectares de vignes du domaine des Hospices (Côte de Beaune, Côte de Nuits et AOC pouilly-fuissé dans le Mâconnais) et vinifier la production du domaine. Ingénieur agronome et oenologue diplômée de l’Université de Dijon, Ludivine Griveau avait rejoint en 2004 (son premier millésime) la maison Pierre André, à Aloxe-Corton (21). S’appuyant sur une politique de partenariat à long terme avec ses fournisseurs de raisins, elle a activement contribué à faire progresser la qualité des vins de la maison Corton André, ce que toutes les dégustations de Bourgogne Aujourd’hui ont mis en évidence depuis une dizaine d’années. Cette nomination nous semble finalement tout à fait logique si l’on veut bien prendre en compte la part de plus en plus prépondérante occupée par les femmes dans le monde du vin en Bourgogne. Personne ne s’en plaindra !

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Ève et Erwan Faiveley dans la cuverie de la maison, à Nuits-Saint-Georges.

Révolution en douceur chez Faiveley

Changement de style, rénovation des cuveries, investissements à Chablis, aux USA, dans l’art… Erwan Faiveley, en 2005, et sa sœur Ève, en 2014, ont succédé à leur père François à la tête de la maison nuitonne éponyme et ils n’ont pas perdu de temps…

29 juin 2022

Générateur anti grêle à vortex.

Grêle : la Bourgogne a-t-elle l’arme absolue ?

La Bourgogne et le Beaujolais n'ont pas été épargnés par la grêle cette année, mais si les deux régions ont, pour l'heure, beaucoup moins souffert que d'autres, elles le doivent sans doute à leur réseau de générateurs anti-grêle. L'arme absolue ?

24 juin 2022

Botte de paille dans les vignes, à Chapaize, dans le Mâconnais.

Comme un fétu de paille !

Après le gel, la grêle. Pour l'heure la Bourgogne et le Beaujolais s'en sortent "relativement" bien, mais le bout du chemin est encore loin.

22 juin 2022

Nos derniers magazines